prix carbet de la caraïbe 2008

 
 
Simone et André Schwarz-Bart, lauréats du prix Carbet
 
La 19e édition du prix Carbet de la Caraïbe a été décerné, vendredi soir à l'hôtel de la Région Ile de France, à Simone Schwarz-Bart et à son époux, André Schwarz-Bart, à titre posthume « pour la beauté douloureuse de leur œuvre particulière et la réussite de leur œuvre commune ».
 

Ernest Pépin, juré du prix Carbet, a rendu hommage « au couple littéraire, incendié de solitude et qui fît de la Guadeloupe une terre palimpseste où les contes ne meurent pas ». Simone Schwarz-Bart a évoqué ce prix tel « un îlot habité par des individus aux mémoires mêlées, habité par des individus placés et déplacés par des gens dont on dit qu'ils sont de toutes couleurs et qui sont poreux au souffle de la terre ». « Je vous suis reconnaissante de le recevoir pour nous deux qui sommes un pour longtemps. » ; « Après son Goncourt, André est allé vivre en Guyane chez son frère, Serge Patient, puis en Martinique auprès d'Alex Bertrand, puis il passa à Paris, ou il signa le manifeste des 121, et finalement en Afrique. Le premier livre qu'il a écrit, après le Dernier des justes, a été Un plat de porc aux bananes vertes. Ce n'est pas ce qu'on attendait de lui et il s'est coupé de sa communauté, puis il a écrit La Mulâtresse Solitude, et là , il s'est coupé de sa deuxième communauté. Il était en avance et l'a payé très cher : traversée du désert et 100 ans de solitude. Ce prix rompt la solitude. Nous sommes de nouveau visibles, de nouveau, camarades ! ".Le premier à briser cette solitude fût Senghor qui a vu qu'André Schwarz-Bart avait posé justement « la problématique de la symbiose des races et des civilisations nécessaire à l'universel ».

 

 
Elle a dit
Simone Schwarz-Bart
: « Il y a tout simplement la reconnaissance de cet homme qui a voué toute sa vie à ce combat, la reconnaissance de cet homme comme faisant partie des nôtres. C'est cela qui est important, qui est capital pour moi. C'est un prix qui m'a été remis mais moi je l'adresse d'abord à lui puisqu'il n'est pas là. »
 
Mention spéciale du Jury à Jean-Marc Rosier

Le jury, par la voix de Maximilien Laroche, a rendu hommage à un jeune auteur martiniquais, Jean-Marc Rosier pour son roman Noir Néons, paru chez Alphée-Jean-Paul Bertrand.

"Le Jury tient particulièrement à signaler un premier roman.
Il s'agit de Noirs Néons de Jean-Marc ROSIER, (éditions Alphée).
Dans une langue originale et moderne, s'inspirant des procédés de la photographie et du cinéma, ce jeune auteur martiniquais met en scène et interroge vivement les déshumanisations visibles et invisibles  de la société urbaine contemporaine."

 

Mention très spéciale du jury au recueil 25 Rue Bayardin (édition du Manuscrit 2008) de Joseph Polius

"Pour l'éclat d'une écriture qui décentre les données du réel en cadences heurtées et en images retenues.
Pour la tonalité des révoltes postulées et des mémoires à vif qui permettent de conférer du sens à notre présent et de nourrir ainsi l'imprévisibilité du chaos poétique ;
Le jury du Prix Carbet 2008 décerne une mention très spéciale au recueil 25 Rue Bayardin (édition du Manuscrit 2008) de Joseph POLIUS en hommage à son ton novateur et à sa force d'expression."

 
 
Communiqué et photo de Aude Désiré
15 Décembre 2008