Les explorateurs

Christophe COLOMB, navigateur italien né à Gênes en 1451, était un marin intrépide persuadé, à la lecture des récits de Marco Polo, de pouvoir atteindre le riche territoire des Indes en passant par l’Atlantique.

1492
Après s’être vu refuser l’appui de plusieurs souverains d’Europe pour son projet d’expédition vers la Chine et le Japon, il propose ses services à Isabelle 1ère, reine de Castille, qui lui accorde en avril 1492, outre le titre d’amiral et de vice-roi des terres découvertes, trois caravelles espagnoles : la Niña, la Pinta et la Santa-Maria.
L’expédition quitte le port de Palos en Andalousie le 3 août 1942, avec à son bord un équipage de 90 hommes. Le voyage s’avère plus long que prévu, et Christophe COLOMB doit calmer les esprits de son équipage qui est au bord de la mutinerie.
Le 12 octobre 1492, les Taïnos de l’île de Guanahani dans l’archipel des Bahamas voient arriver trois énormes embarcations.
L’ explorateur, persuadé d’avoir atteint sa destination, découvre un peuple qu’il nomme « les indiens ». Il baptise l’île San Salvador..
Le peu d’or présent sur cette île encourage Christophe COLOMB à pousser plus loin son expédition.
Il aborde le 28 octobre à Cuba (il pense être au japon). Il nomme cette île Juana, du même prénom que la fille des rois catholiques.
Il arrive ensuite le 6 décembre à Ayti, qu’il appelle « Isla Española » (dont on fera « Hispaniola »), et où il trouve enfin de l’or. La Santa Maria s’échoue le 25 Décembre, et Christophe Colomb fait construire sur l’île le fort Navidad où il laisse une partie de ses hommes avant de rentrer en Espagne où il est accueilli en héros.

1493
Mais son ambition de fonder une colonie à Hispaniola le pousse à entreprendre un deuxième voyage encore plus important : il repart le 25 septembre 1493 avec une flotte composée de 17 caravelles et environ 1500 hommes. Le vaisseau de Christophe COLOMB porte le nom de « Marie-Galante ».
Il souhaite tellement voir la terre que la première île qu’il découvre le 3 novembre 1493 est baptisée la Désirade. Dans le même mois, il « découvre » également Marie-Galante, la Dominique, la Guadeloupe, Montserrat, Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Antigua-et-barbuda, puis en Avril 1494 Porto Rico et la Jamaïque.
Lorsqu’il aborde à nouveau l’île d’Hispaniola, il constate que le fort Navidad a été détruit et ses hommes tués. Il fonde alors plus loin la première colonie du nouveau monde, qu’il nomme la Nueva Isabella, en hommage à la reine de Castille, et dont il confie le gouvernement à son frère Bartolomeo, qui réduira les indiens Taïnos en esclavage et les contraindra aux travaux forcés pour extraire l’or des mines.
Christophe Colomb rejoint l’Espagne, où on le croyait mort, le 11 Juin 1496.

1498
Une troisième expédition part le 30 mai 1498, au cours de laquelle le sud des Caraïbes est exploré. L’île de Trinidad est découverte en Juillet, et en août 1498, Christophe COLOMB arrive à l’embouchure du fleuve de l’Orénoque : il vient d’atteindre les côtes du Venezuela. Il explore également lors de ce voyage les îles de Saint-Vincent et Grenade.
Mais il doit à nouveau se rendre sur l’île d’Hispaniola qu’il a quitté depuis près de 3 ans. Il trouve la colonie en plein désordre, une rebellion se prépare, les espagnols se plaignent d’une grave pénurie de produits de première nécessité et se battent entre eux.
Les indigènes sont alors déjà réduits en esclavage. Le repartimiento a été institué. C’est le précurseur de l’encomienda. Les indigènes sont soumis au travail forcé, à une malnutrition et à la rupture de leur vie familiale, ce qui entraîne une mortalité élevée due aux maladies, et aux fréquents suicides.
Le repartimiento : les colons se répartissaient les Indiens. Ceux-ci étaient marqués au fer rouge avec la marque de l’encomendero.
L’ encomienda : après avoir été baptisés à la chaîne, les indiens étaient confiés aux soins d’un conquistador afin qu’il les « évangélise » en leur apprenant à mourir à la tâche pour mériter le Paradis.
En Europe, la reine Isabelle de Castille et le roi Ferdinand ont eu vent de la désorganisation de la colonie : ils envoient sur place Francisco de Bobadilla, qui arrête Christophe COLOMB et son frère Bartolomeo COLOMB. Fin 1500, ils sont renvoyés en Espagne enchaînés, afin d’y être jugés.

1502
Après avoir perdu son titre de vice-roi, l’amiral Christophe COLOMB peut malgré tout repartir pour une dernière expédition le 9 mai 1502.
il découvre Madinina (l’île au fleurs) le 15 juin 1502. Christophe COLOMB la baptise la Martinique.
Il longe les côtes du Honduras, sans trouver l’or tant recherché.
Ce voyage est un échec, et Christophe COLOMB rentre en Espagne en Novembre 1504, malade et méprisé.
Il meurt le 20 mai 1506 à Valladolid. Ses restes seront transportés en 1536 dans la cathédrale de Saint-Domingue où il repose. Ses descendants, les ducs de Veragua, ont toujours fait partie des « grands d’Espagne ».

Les indiens d’Hispaniola sont passés de 8 millions en 1492 à quelques centaines en 1540. Dès 1493 des esclaves africains y ont été introduits pour faire face à cette baisse des ressources humaines. Toutes les îles des Caraïbes subiront plus tard le même sort.
Les espagnols colonisent aussi Cuba, la Jamaïque, Porto Rico… mais ils finissent par délaisser les îles des Caraïbes pour partir à la conquête du continent sud-Américain. A partir de 1512, le venezuela, la Castilla del Oro, le Mexique, le Pérou seront colonisés par les Espagnols, et leurs richesses minières d’or et d’argent exploitées.. l’Empire colonial espagnol est resté l’un des plus grands du monde jusqu’à son déclin, commencé au début du 17ème siècle.

C’est dans l’intervalle de cette période de découvertes, en 1494, que le Pape Alexandre VI Borgia avait fait signer aux Espagnols et aux Portugais le traité de Tordesillas, traçant les limites territoriales entre les deux pays : tout ce qui avait déjà été découvert ou serait découvert en Amérique revenait ainsi à l’Espagne, tandis que le Portugal pouvait coloniser l’Afrique et la pointe orientale du continent sud-américain (qui deviendra le Brésil)…
La France, l’Angleterre et la Hollande n’acceptent pas leur exclusion de ce partage, et pendant plusieurs siècles auront lieu les guerres coloniales, donnant naissance à des trafics irréguliers…

Suite – Les boucaniers et les flibustiers