La tutelle royale

La période du gouvernement royal
En 1674, Louis XIV rattache les Antilles et les territoires coloniaux au domaine royal.
La guerre contre la Hollande se termine en 1678. La France gagne Tobago, mais les tarifs douaniers protectionnistes mis en place en 1667 pour contrer le commerce hollandais sont abrogés. C’est l’Espagne qui perd le plus de territoire en Europe.
Colbert, qui était opposé aux dépenses de guerre, meurt en 1683, ce qui renforce le pouvoir de décision du roi dans la gestion du royaume. Il passera la plus grande partie de son règne en guerre contre ses rivaux pour la domination de l’Europe.
Avant sa mort, Colbert avait rédigé un recueil de lois composé de 60 articles chargés de définir le droit et le devoir des maîtres et des esclaves dans les colonies françaises ; les esclaves y sont établis comme des biens mobiliers, et il y est en réalité plus question des droits des maîtres et des devoirs des esclaves. Le Code noir est promulgué en 1685 par Louis XIV. Toujours soucieux de réserver à la France le monople du sucre, Colbert avait également prix soin d’éliminier les juifs hollandais arrivés en 1654 et l’article I du code noir ordonnait de les en chasser. Beaucoup d’entre eux se réfugient dans les îles hollandaises, notamment à Curaçao.
En Angleterre, après la glorieuse révolution de 1688, la monarchie constitutionnelle parlementaire est mise en place. Londres commence à fonctionner sur un système capitaliste en plein essor : La banque d’Angleterre, première banque centrale, est créée.
La guerre de la ligue d’Augsbourg qui oppose la France à plusieurs puissances européennes dont l’Angleterre, l’Espagne et les Pays-Bas, éclate en 1688. A la fin de la guerre en 1697, la partie occidentale d’Hispaniola, occupée depuis 1630 par des aventuriers français, est reconnue officiellement française et devient la colonie de Saint-Domingue. Elle devient un carrefour de contrebande entre français, anglais de Jamaïque, hollandais de Saint-Eustache et Danois de Saint-Thomas, ces derniers s’étant spécialisés dans la traite des esclaves. Les possessions françaises, même si elles n’égalent pas encore leurs rivales anglaises, sont en plein essor, en particulier Saint-Domingue et la Martinique, qui possède deux fois plus d’esclaves que la Guadeloupe.
La dernière grande guerre de Louis XIV, la guerre de succession d’Espagne, dure de 1701 à 1714. Philippe V, petit fils de Louis XIV, monte sur le trône d’Espagne en 1701 et en profite pour céder à la France le monopole de la traite négrière vers les colonies espagnoles (asiento). A la fin de la guerre, la France doit céder une partie de ses possessions à l’Angleterre. Aux Antilles elle cède Saint-Christophe, la première colonie française des îles d’Amérique. Le territoire français reste cependant important aux Antilles. Mais l’Angleterre est nettement supérieure en mer et obtient de l’Espagne le monopole de l’asiento. Au final, l’Angleterre est la grande gagnante de la guerre, tandis que l’Espagne, qui doit céder une grande partie de son territoire, en ressort perdante.
Sous le règne de Louis XV (de 1715 à 1774)
Avec Louis XV commence une période de paix avec l’Angleterre et l’Espagne. Les ports français s’ouvrent au commerce vers les Indes et les Antilles. De nombreux français partent pour les îles, parmi lesquels des marginaux et des vagabonds. Le système de l’exclusif réserve aux marchands des grands ports le privilège du commerce colonial. Les ports de Nantes et de Bordeaux deviennent d’importants centres de traite négrière. Les îles à sucre apportent à la France une grande prospérité économique. Saint-Domingue devient l’une des colonies les plus riches d’Amérique avec des exportations de sucre qui finissent par dépasser celles de l’ensemble des îles britanniques, et par devenir les premières mondiales. La Martinique est également en plein essor et la Guadeloupe, libérée du blocus des anglais, recommence à prospérer.
Boucaniers et flibustiers ont complètement disparu, beaucoup sont devenus planteurs, d’autres ont rejoint la piraterie dans l’océan Indien, et la mer des Caraïbes est devenue plus calme.
En 1733, la France vend l’île Vierge de Sainte-Croix à la Compagnie Danoise de Guinée, qui exploite déjà le commerce d’esclaves depuis Saint-John et Saint-Thomas. La Compagnie exporte du sucre brut qu’elle revend aux raffineries du nord de l’Europe.
Le commerce cubain n’est quant à lui pas encore en pleine expansion , même si les grands propriétaires s’enrichissent considérablement avec le sucre et le tabac, et souffre d’un pacte de monopole passé avec l’Espagne au début du siècle. La Compagnie Royale de Commerce de la Havane fondée en 1740 détient le monopole des exportations vers l’Espagne.
L’importation d’esclaves commence à prendre des proportions énormes dans les colonies françaises, sans toutefois égaler le nombre d’esclaves présents dans les îles anglaises de la Barbade et de la Jamaïque. Mais l’Angleterre voit d’un mauvais oeil l’essor commercial de la France, ainsi que le commerce de la France avec l’Espagne. L’Angleterre déclare la guerre à l’Espagne en 1739, et la guerre de succession d’Autriche éclate en 1740. Elle durera 8 ans. La France n’a rien perdu (ni rien gagné) mais la guerre a appauvri le pays et ré-installé des rapports tendus avec l’Angleterre. Les rivalités coloniales reprennent.
La guerre de sept ans (1756-1763), où la plupart des pays d’Europe sont impliqués, vient bouleverser l’empire colonial français et imposer l’Angleterre comme première puissance mondiale. En 1759, les anglais s’emparent de la Grenade, de la Dominique et de la Guadeloupe. Pendant les 4 années d’occupation anglaise de la Guadeloupe, les anglais y font entrer massivement des esclaves et les exportations de sucre connaîssent un énorme essor.
En 1762, les anglais prennent possession de la Martinique. Le Royaume d’Espagne, allié de la France, est également attaqué : la même année, les anglais arrivent à Cuba et occupent la Havane, qu’ils ouvrent au commerce avec l’étranger et à l’importation d’esclaves à une plus grande échelle.
Lors du traité de Paris de 1763 qui conclut la guerre de sept ans, l’Angleterre gagne des colonies en amérique du Nord et au Canada et conserve Anguilla, Saint-Christophe, Antigua, Barbuda, Montserrat, la Barbade, la Dominique, Saint-Vincent, Tobago et la Grenade. La Havane est rendue à l’Espagne. La France sort humiliée de la perte du Canada, de la Louisiane et de ses colonies des Indes. Bien qu’elle ait réussi à conserver Saint-Domingue, la Guadeloupe, Saint-Barthélémy, la Martinique, et Sainte-Lucie, l’empire colonial français est devenu quasi-inexistant. La France doit tirer le maximum de ce qu’il lui reste, les « îles à sucre ».
Après la guerre la culture du café, pratiquée depuis les années 1720, se développe également de façon importante aux Antilles françaises. Les fortunes des familles de planteurs grandissent, de même que les besoins en main d’oeuvre : les importations d’esclaves sont à leur maximum au 18ème siècle entre la guerre de 7 ans et la révolution française.
Le roi Louis XV meurt en 1774.

Quelques repères :

1682 : La France annexe la Louisiane

1685 : révocation de l’Edit de Nantes.
Le culte protestant est interdit en France. Exil des Huguenots vers les Pays-Bas et vers l’Amérique.

1715 : la France colonise Mauritius, abondonnée par les hollandais, et la nomme « Ile de France »

1718 : fondation de la Nouvelle-Orléans en Louisiane.

1739 : Le Maroon Treaty autorise les esclaves marrons de Jamaïque à vivre dans les montagnes en communauté.

1742 : les français occupent les Seychelles

1744 : les anglais prennent Saint-Barthélémy aux français.

1763 : La Louisiane passe à l’Espagne.
Naissance en Martinique de Joséphine Tascher de la Pagerie.
L’Angleterre s’impose comme première puissance mondiale.

1769 : naissance de Napoléon Bonaparte.

Suite – Révolutions