Boucaniers et flibustiers

Dès le début du 16ème siècle, français, anglais et hollandais, exclus du partage des terres dans le nouveau monde, tentent de profiter de ses richesses par la force. Des confréries de marins aventuriers voient le jour et sillonnent la mer des Caraïbes afin d’attaquer et de piller les galions espagnols chargés d’or.

Les corsaires
Ils opèrent en tant de guerre et sont officiellement autorisés au nom de leur roi à attaquer les navires de commerce ennemis. Sorte d’arme de guerre, ils vivent au grand jour en toute « honnêteté », même s’il leur arrive parfois de piller leurs proies… Les corsaires seront utilisés dans toutes les guerres qui opposeront les pays d’Europe. En France la course ne disparaîtra qu’après l’Empire en 1815.
Les flibustiers
Ces aventuriers vivent en communauté en marge de la société sur certaines îles des Caraïbes (la Jamaïque, la Tortue) et attaquent les galions espagnols. Ils se regroupent notamment vers 1630 sur l ‘île de la Tortue, située au Nord d’Haïti, qui restera l’un des bastions de la flibuste pendant un siècle.
Les boucaniers
Vers 1630 apparaîssent également au Nord ouest d’Haïti, alors délaissée par les espagnols, des camps de boucaniers. Ces hommes, (dont certains sont des engagés qui ont fuit les plantations) ont appris des indiens le procédé du « boucanage » qui permet de conserver la viande. Les camps de boucaniers deviennent une source de ravitaillement pour les navires français, anglais et hollandais qui échangent la viande contre du rhum ou des armes.
Les frères de la côte
Chassés d’Haïti par les espagnols, les boucaniers touvent refuge sur l’île de la Tortue vers 1660 et rejoignent ainsi les flibustiers. S’y ajoutent des protestants qui ont fuit après la révocation de l’édit de Nantes, des esclaves noirs échappés des colonies espagnoles, des soldats européens déserteurs et autres indésirables et dissidents… Ils forment ensemble une communauté et se font appeler « les frères de la côte », société marginale basée sur des règles démocratiques.
Les pirates
Certains aventuriers, refusant de se plier aux règles d’une communauté, deviennent des pirates, agissant pour leur compte sans se soucier des pavillons. Les pirates se déplacent à la fin du 17ème siècle vers l’océan indien, où le trafic entre les Indes et l’Europe leur assure abondance de proies. Ils y séviront jusqu’en 1730, date à laquelle le pirate français Olivier Levasseur dit « La Buse », fut pendu à Madagascar. C’est la fin de la piraterie.

Certains flibustiers sont devenus des planteurs de tabac dans les colonies françaises et anglaises. C’est en effet dès le début de la période de la flibuste que les espagnols ont poursuivi leur colonisation et que les français, les anglais et les hollandais ont implanté leurs premières colonies aux îles d’Amérique…

Suite – La colonisation